Une politique environnementale au service du développement économique



Publié le vendredi 3 février 2017

#7

Les radicaux ont été les pionniers de l’engagement écologique avec Michel Crépeau en 1981, ils ont été aux côtés de Brice Lalonde et de Génération Ecologie dès 1984. Avec nos partenaires, je poursuivrai avec résolution les objectifs de protection de l’environnement, de lutte contre le réchauffement climatique et de promotion des économies d’énergie.

Je ne veux pas, toutefois, séparer ces objectifs environnementaux de l’exigence de progrès scientifique, indispensable à l’émancipation des hommes, et de l’exigence de croissance économique, nécessaire au règlement des déséquilibres économiques, démographiques et sociaux qui menacent la stabilité du monde.

C’est pourquoi je fais clairement le choix de l’écologie de progrès, et non de repli sur le passé, le choix d’une politique environnementale au service du développement économique, plus incitative que répressive dans ses moyens.

Ce choix trouvera une illustration en matière de politique énergétique, à travers :
• Un soutien déterminé aux énergies renouvelables (éolien terrestre et éolien flottant en mer, solaire, géothermie, etc.), dont le développement ne doit pas être entravé par des obstacles trop systématiquement dressés à l’encontre des projets concrets de mise en œuvre (recours contre tel ou tel usage d’espace ou de terrain, etc.)
• Non exclusif du choix d’un maintien à niveau suffisant du nucléaire civil, non préjudiciable au climat, à l’origine de progrès scientifiques et techniques déterminants, garantie d’activité et d’emploi pour de nombreux territoires, facteur d’indépendance énergétique

Les risques et inconvénients du nucléaire civil dans sa technologie actuelle (fission) doivent être maîtrisés par le contrôle et le renforcement des mesures de sûreté. La recherche en vue de l’usage de technologies nouvelles (fusion nucléaire) doit être préservée et encouragée.

Le perfectionnement de la politique environnementale peut être par ailleurs recherché au travers de mesures diverses telles que :
• L’encouragement à l’emploi généralisé de modes de construction innovants, faisant appel à des matériaux propres et bio-sourcés
• La généralisation des incitations à l’économie d’énergie dans les logements, par l’extension des mesures d’aide aux logements anciens mis en location
• L’accroissement et l’adaptation des parts et modalités d’énergies renouvelables en fonction des atouts propres à chaque territoire
• En matière de gestion des déchets, l’encouragement au recyclage, et notamment à l’incorporation dans les produits de matières recyclées

 

Partager l'articleShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someone