Garantir les droits, les libertés et la protection des femmes



Publié le vendredi 3 février 2017

#5

Certaines des avancées sociétales que nous réclamons, telles que celle concernant le recours à la PMA, correspondent à l’affirmation d’un droit nouveau pour les femmes. La question des droits et libertés de la femme, celle de l’égalité entre femmes et hommes, ou encore de la protection des femmes, justifient cependant par leur importance une approche spécifique et globale.

Je porterai en conséquence un PROJET POUR LES FEMMES visant à la coordination de l’ensemble des mesures permettant de conduire effectivement à une société de liberté et d’égalité, dans laquelle les femmes trouveront toute leur place.

Droits et libertés des femmes
Sur le terrain des droits de la femme, j’engagerai vigoureusement le combat contre les tentatives et les risques de remise en cause de l’IVG. A cet effet :
• je demanderai le renforcement des centres IVG, et le développement des moyens alloués à l’information sur les moyens de contraception,
• je proposerai la reconnaissance d’utilité publique du Planning Familial,
• je m’attacherai à promouvoir un droit européen à l’IVG.

Sur le terrain des libertés des femmes, et de leur rapport à la laïcité,
je rappellerai que celle-ci est, pour les Radicaux, un rempart contre les obscurantismes mais ne doit pas servir d’alibi à ceux qui tentent de stigmatiser telle ou telle religion.
Je veillerai en conséquence à ce que les femmes soient pleinement en mesure d’exercer leur liberté de conscience ou de culture, mais aussi à ce qu’elles ne soient pas entravées par quelque forme que ce soit de soumission ou d’oppression qui aurait pour effet de limiter leurs libertés.

Egalité femmes-hommes
La timidité des avancées en matière d’égalité femmes-hommes justifie la mise en évidence de cet objectif essentiel par :
• L’identification d’un Ministère des droits des femmes et de l’égalité femmes-hommes
• La création d’une médiation publique autonome en charge des inégalités femmes-hommes, des atteintes aux droits des femmes et des discriminations

La poursuite de l’objectif d’égalité hommes-femmes doit être ensuite activement engagée sur différents terrains.
L’égalité femmes-hommes doit être consacrée sur le terrain des salaires. Les dispositifs de sanctions financières à l’encontre des discriminations salariales doivent être, sous réserve d’ajustement des barèmes, étendus à toutes les entreprises.

La parité devra également être recherchée au niveau des instances dirigeantes :
• des grandes entreprises,
• d’organismes tels que les fédérations professionnelles, les Chambres consulaires, les agences et opérateurs de l’Etat

Les stéréotypes conduisant à réserver certains métiers, notamment scientifiques ou techniques, aux hommes doivent être combattus, l’accès des femmes à ces métiers devant être encouragé.

L’activité à temps partiel subie par les femmes doit être évitée par des incitations au télétravail et au travail à domicile, tant auprès des entreprises que des administrations. L’exercice du congé parental
par les hommes doit être favorisé au moyen d’incitations financières.

La conciliation de la vie professionnelle et de la vie familiale doit être favorisée, notamment par :
• L’augmentation des places en crèches, avec des horaires adaptés à la vie professionnelle
• La création de crèches/gardes d’enfants dans les services de la fonction publique et dans les entreprises.

Protection des femmes
La protection des femmes doit être renforcée, par des actions déterminées de :
Lutte contre les violences faites aux femmes. L’objectif doit notamment conduire à l’organisation dans chaque commissariat de préfecture et d’arrondissement d’une structure d’aide aux victimes de violences, assistée d’une association officielle d’aide aux victimes.
• Lutte contre le harcèlement. Devra être notamment mis en place un plan pluriannuel de prévention et d’information sur tous les types de harcèlement.

Bien entendu, la conquête de droits nouveaux, en particulier pour les femmes, ne doit pas perdre de vue l’exigence de vigilance au regard des discriminations persistantes en dépit des prescriptions de la loi, et qui sont notamment fondées sur l’origine ou les croyances.
Les Radicaux restent au premier rang de la lutte contre le racisme
et l’antisémitisme et s’appliqueront à débusquer toute forme d’entrave à l’emploi ou au logement qui serait fondée sur les caractéristiques d’une identité personnelle.

Partager l'articleShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someone