Dans l’attente d’une politique de relations extérieures et d’une diplomatie européennes, quelle politique étrangère pour la France?



Publié le vendredi 3 février 2017

#3

S’inscrivant, pour l’essentiel, dans le prolongement de la politique étrangère conduite par le Président Hollande, la diplomatie française devra continuer d’œuvrer :
• En faveur de la paix et de la sécurité,
• Contre le terrorisme,
• Pour la protection, partout dans le monde, des droits de l’homme et des libertés,
• Pour un développement plus égal, par l’aide aux pays moins avancés et la coopération

Le changement du contexte international, la remontée en puissance des nationalismes, des populismes et de l’isolationnisme, obligent toutefois à des inflexions :

La politique étrangère de la France devra se montrer plus indépendante à l’égard d’une diplomatie américaine hésitante, plus réaliste dans ses rapports avec d’autres puissances.

L’autoritarisme et les actions de force unilatérale de la Russie de Vladimir Poutine, ainsi, ne sauraient être approuvés. Pour autant, la Russie est une grande nation européenne, avec laquelle le dialogue, même s’il doit être ferme, est indispensable.

L’évolution du régime turc, défavorable à la démocratie et aux libertés, de même, ne peut être considérée avec faveur. Mais nul ne peut oublier que la Turquie a toujours partagé une histoire commune avec l’Europe, et qu’elle a su, au XX° siècle, se rénover sur la base du principe de laïcité. Le régime du moment ne saurait être confondu avec ce qu’est véritablement la Turquie : une part de l’Europe, appelée à retrouver le chemin du droit et des libertés, par son intégration, le moment venu, à l’Union Européenne.

Partager l'articleShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someone