Conforter nos administrations et nos services publics



Publié le vendredi 3 février 2017

#2

A l’heure où l’utilité et les moyens de nos fonctions publiques sont contestés, je tiens au contraire à souligner la nécessité d’un Etat renforcé pour l’exercice des missions qui sont les siennes, d’une fonction publique et de services publics préservés et adaptés aux besoins nouveaux de notre temps, de collectivités territoriales dotées des moyens de leur action autonome, au plus près des citoyens.

Fonctions publiques. Contrairement à beaucoup d’idées reçues, l’Etat français dispose, en comparaison des autres Etats industrialisés, de peu de moyens pour l’exercice de ses missions essentielles. Il serait périlleux de l’affaiblir davantage, notamment par la mise en œuvre de politiques de réduction des effectifs de ses fonctionnaires :
• Les effectifs de la fonction publique doivent être maintenus
• Les droits des fonctionnaires doivent être préservés, comme leurs obligations, contrôlées
La politique de titularisation des agents contractuels occupant des emplois permanents dans la fonction publique doit être poursuivie, et améliorée par la définition de conditions permettant d’y accéder sans pénalisation.

Services publics
J’appliquerai toute ma vigilance à la présence de services publics efficaces dans l’ensemble du territoire, particulièrement dans tous les territoires, urbains comme ruraux, où ils s’avèrent insuffisants ou menacés.

A cet égard, le numérique peut être regardé comme un levier d’égalité des territoires, l’égal accès à internet étant un élément de désenclavement des territoires et de leur développement économique. Il est essentiel, à cet égard, de soutenir et d’accélérer la mise en œuvre d’un réseau internet performant sur l’ensemble du territoire.

Si le numérique permet la dématérialisation de certains services publics, alors rapprochés de la population, il est toutefois indispensable de veiller également à une présence suffisante d’agents du service public. Les redéploiements utiles, en faveur de zones urbaines défavorisées, ou de territoires ruraux en voie de désertification, devront être favorisés.

Evaluation des politiques publiques
L’évaluation des politiques publiques doit être améliorée par :
• la mise au service des Assemblées parlementaires des organes publics d’évaluation (Cour des Comptes, etc..)
• le recours par les administrations à l’expertise externe, notamment celle des universitaires et chercheurs

Décentralisation

Avec les radicaux de gauche, je réaffirme avec force mon attachement à la décentralisation et au principe de libre administration des collectivités locales. Je souhaite en particulier que les collectivités territoriales puissent disposer des ressources propres leur permettant d’exercer librement et pleinement leurs attributions.

Je propose par ailleurs de renforcer à la fois les grandes régions françaises et les institutions européennes par l’institution entre elles d’un lien plus direct, à travers une révision du mode d’élection des représentants au Parlement européen. Ceux-ci devront être élus dans le cadre de circonscriptions correspondant aux régions.

Représentativité des élus

Afin d’assurer, tant au niveau national qu’au niveau local,
une meilleure représentativité des élus, plus souvent issus du secteur
public que du secteur privé, il convient de faciliter la réinsertion
professionnelle des élus en amont de la fin du mandat.
La facilitation des allers et retours entre vie professionnelle et vie politique devra être l’un des objets du statut de l’élu que je souhaite.
Ce statut devra permettre l’accès à des formations qualifiantes et la validation des acquis de l’expérience.

Partager l'articleShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someone