Un nouveau Président au Parlement européen, par Virginie Rozière



Publié le mardi 31 janvier 2017

drapeau européen

Après cinq ans à la tête du Parlement européen, Martin Schulz a quitté le perchoir, laissant derrière lui la marque d’un grand Président de notre institution. Indéniablement, il a contribué à faire connaître le Parlement et son action, ainsi qu’à accroître son poids au sein des institutions européennes.
La session de janvier a été pour partie consacrée à lui trouver un remplaçant. Après un scrutin serré, c’est finalement Antonio Tajani, député italien du parti populaire européen qui a été élu. C’est un résultat qui reflète l’équilibre politique du Parlement européen mais que nous regrettons. M. Tajani, ancien porte parole de M. Berlusconi, est l’incarnation d’une droite économiquement libérale et conservatrice dont nous n’avons eu de cesse de combattre le programme.
Cette élection change le visage du Parlement européen mais pas seulement. Elle marque un tournant dans la coopération entre les groupes politiques. Fin de la grande coalition qui prévalait jusque-là : la gauche parlementaire devra désormais se rassembler pour peser contre l’incarnation d’une Europe dont nous ne voulons pas. Face à la pression des lobbys, les socialistes et radicaux continueront à défendre les intérêts des citoyens avant tout. Cela s’incarnera dans la poursuite de la lutte contre l’évasion fiscale, dans le rejet du CETA ou encore dans le combat pour la protection de l’environnement.

Par Virginie Rozière, Députée européenne PRG

Partager l'articleShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someone